Temps pour maman

En tant que mères modernes se battent entre elles, c’est que quoi que vous fassiez, vous faites le mal

En tant que mères modernes se battent entre elles, c’est que quoi que vous fassiez, vous faites le mal


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Sosrodzice.pl: Avez-vous également l'impression que les mères se battent sur Internet, que les "saintes vérités" s'affrontent et que chacune d'elles est considérée comme "la plus grande"?

Synafia: Je pense qu'Internet a donné aux mères une grande liberté et tellement de possibilités que nous nous y perdons parfois. D'une part, grâce à Internet, nous trouvons l'aide et le soutien d'autres mères. D'autre part, cachés derrière des surnoms Internet, nous nous permettons de déverser d'autres frustrations qui ne manquent chez aucune mère. C’est peut-être pour cette raison que les mères se battent si souvent sur Internet, car c’est l’espace idéal pour émettre des émotions négatives sans subir de conséquences. C'est juste qu'un mot une fois écrit, même "seulement" sur Internet, vit sa propre vie et peut faire beaucoup de dégâts.

Avez-vous besoin de materner? Peut-être que lorsque nous deviendrons mères, nous commencerons également à «élever» d'autres adultes?

Synafia: C'est peut-être aussi le besoin de maternage. Je le regarde différemment. Aucun d'entre nous n'est né avec la capacité d'être une mère. Surtout après la naissance du premier enfant, nous nous sentons souvent perdus et incertains, nous avons cruellement besoin de soutien et du sentiment que nous faisons bien ce que nous faisons. Plus nous sommes incertains, plus nous nous effondrons face aux autres façons de vivre et d’élever des enfants.

Je pense que c’est la raison pour laquelle les mères peuvent se battre férocement pour une tétine, un foulard et des lentilles de boisson - de cette manière, nous nous battons réellement pour notre propre identité, pour notre "bonne mère". Nous devons être sûrs que nous faisons tout bien. Et si quelqu'un qui fait quelque chose différemment de nous le ferait bien - cela ne veut-il pas dire que nous ne faisons pas bien? Eh bien non, ça ne peut pas être comme ça, contrairement au nôtre - ça doit être mauvais et c'est fini. En attendant, 20 ans plus tard, nos enfants auront vraiment des soucis différents de savoir s'ils étaient transportés dans une écharpe ou dans un porte-bébé ou dans un landau.

Est-ce que nous considérons d'autres points de vue comme une attaque contre notre propre statu quo en tant que mère?

S: Oui, je pense que toutes ces guerres maternelles ont le plus souvent peur de savoir si nous agissons vraiment comme il convient. En général, je pense que moins on se sent confiant et bon envers soi-même, plus on s'engage activement à "réparer" les autres. Cela s'applique non seulement à la maternité.

Quelle mère de "Mother's radio" est la plus proche de vous? Quel type vous irrite le plus?

S: Après la naissance de ma fille aînée, j'étais probablement la mère la plus proche de la sainte pindy. Je voulais vraiment être une mère parfaite et sans faille, une mère à qui les enfants ne pourraient que ressentir une gratitude passionnée. Plus je voulais, plus évidemment je ne l'étais pas. Après la naissance de ma fille cadette, je suis devenue un peu plus intelligente, maintenant je suis plus proche de mon foulard écologique, avec une tendance à être une travailleuse catholique - mutatis mutandis, parce que je ne suis pas catholique, mais luthérienne.
Lequel m'irrite le plus? Tout de même! Mais j'essaie aussi de trouver de la tendresse et de la compréhension pour tous ces "types maternels". Après tout, je suis l'un d'eux moi-même :)

Seulement vous avez une distance à elle ... Et c'est sain ...

S: J'apprends constamment à prendre de la distance parce que je suis souvent difficile à supporter avec moi-même. J'ai même inventé une telle devise qu'un homme devrait rire autant que possible de lui-même et le moins des autres. La vie prend alors les bonnes proportions et est beaucoup plus agréable.

Nous avons souvent convaincu, en créant la page, qu'il y avait des sujets "à ne pas toucher". Par exemple, écrire que l'allaitement présente des inconvénients et que porter une écharpe n'est pas une résistance définitive pour tout le monde ... Et en pensant logiquement, chaque solution a ses bons et ses mauvais côtés, comment se porte-t-il? Il n'est pas approprié d'écrire sur certains sujets?

S: La parentalité est probablement comme une philosophie - il y a certaines modes saisonnières, qui, cependant, sont chaque fois considérées comme la clé découverte de la réalité. Nous revenons maintenant à l’allaitement au sein, à la proximité parentale, que j’apprécie personnellement, car je suis plus proche de ce regard sur les relations parent-enfant. Ce qui ne veut pas dire que je ne vois pas certains pièges. Il est vrai, cependant, qu’à l’heure actuelle, il n’est pas approprié de remettre en question, par exemple, les hypothèses de parentalité ou de proximité, il s’agit un peu de remettre en question le décalogue. Je me souviens cependant de la récente nuit dans laquelle je me suis promené dans la pièce en essayant de crier de toutes les manières possibles ma fille cadette et en maudissant entre mes dents: Va te faire foutre, Jean Liedloff!

Va te faire foutre mais je peux?

S: Je peux le faire, bien sûr je le fais, bien que parfois avec des larmes, parce que la plus jeune a une voix d'opéra et quand elle crie, tous les ganglions cérébraux se dégagent de mon impression. Mais même si elle crie, je suis sa mère et je suis ici pour la soutenir même dans ce cri. Dans de telles situations, je me dis: j'ai deux choix: soit je vais y survivre, soit je n'y survivrai pas et je vais tomber mort. Je choisis toujours la première sortie.

Les exemples peuvent être multipliés: biberon, chambre de bébé, tétine, coucher avec un bébé - de nombreux sujets diffèrent de ceux des mères modernes ...

S: Je pense que chaque sujet est assez bon pour bien le berner. J'ai arrêté de m'occuper de moi quand j'ai compris que, puisque j'étais mère, peu importe ce que je faisais, je le ferais certainement mal. Parce que je suis une mère - tout simplement.
Je vais retourner au travail - faux! Je n'aime pas un enfant. Je ne retournerai pas au travail - faux! Je serai un parasite social et une charrette échouée. Je vais envoyer un enfant à la maternelle - faux! Je vais détruire l'esprit de mon enfant. Je n'enverrai pas mon enfant à la maternelle - faux! Je vais faire de lui un infirme. Les exemples pourraient être multipliés indéfiniment.
Boy-Żeleński a écrit sur «l'enfer des femmes» - il ne savait pas encore ce que l'enfer des femmes était encore, car il n'avait jamais vu de messages sur le forum e-mama.

Sommes-nous en train de créer nous-mêmes, voulant être parfaits? Alors syndrome polonais de la mère, mais un peu différent?

S: Je pense que l'enfer n'est pas les autres, comme disait Sartre, mais nous sommes seuls. L'homme est très souvent son propre plus grand ennemi, cela ne s'applique pas seulement aux mères. Et la poursuite de la perfection est déjà le huitième cercle de l'enfer. Je sais quelque chose à ce sujet parce que j'entre moi-même de temps en temps dans ce cercle.

Beaucoup ont peur d'écrire que la vie du parent n'est pas rose ... Admettre des erreurs, des doutes, des faiblesses amène souvent une avalanche de commentaires "femme, ne te plains pas, les autres sont pires ..."

S: Nous vivons à une époque où, contrairement aux apparences, nous ne comprenons pas beaucoup la faiblesse. Nous voulons surmonter toutes les faiblesses rapidement, les supprimer comme quelque chose d'embarrassant, car nous sommes supposés être des gens qui ont réussi. De plus, il est difficile d'admettre la faiblesse de la mère, pour qui, selon l'opinion populaire, l'enfant devrait être la réalisation de tous les rêves. Et bien sûr, ce rêve est seulement réalisé, mais le prix devient réalité. La vie n’est pas un conte de fées sur Cendrillon, et c’est probablement bon. Parce que nous apprécions rarement quelque chose qui vient sans aucun effort.

Je connais beaucoup de femmes, de mères, qui m'ont soutenue dans des temps difficiles. Je ne serais pas où j'étais si ce n'était de leur aide. J'ai un groupe d'amis plus âgés que moi qui ont déjà des enfants à l'école, l'un d'eux est même une jeune grand-mère. Chaque fois que je me sens mal, je cours vers eux - sur Internet - et ils se rassemblent autour de moi pour me réconforter, me conseiller, me donner des compresses virtuelles pour mes bleus et mes bleus. Et aujourd’hui, mes deux amis, et aussi des mères, que je venais de tomber dans un petit coquelicot, m’ont surpris: ils ont arrangé et proposé une baby-sitter pour que nous puissions sortir quelques heures avec mon mari, car nous ne le faisons pas depuis un an.

Les femmes peuvent être un soutien énorme pour elles-mêmes si elles le souhaitent. Mais cela nécessite proximité et confiance. Et aujourd'hui, nous vivons si vite qu'il nous est difficile d'établir des relations aussi étroites et profondes avec les autres. Nous essayons souvent de trouver du soutien sur certains forums et nous rencontrons un seau d’eau froide - parce que sur Internet, le plus souvent, les gens ne se parlent pas, mais avec leurs propres idées, craintes et projections.
Je pense que les femmes devraient avant tout se rencontrer face à face, s'ouvrir l'une à l'autre, se faire confiance - et ensuite se donner mutuellement beaucoup de bien.

Qu'essayez-vous de dire lorsque vous écrivez un blog? Quelle est votre "mission"?

S: J'écris pour donner au monde au moins une partie du bien que je tire des autres. J'espère que parfois j'arrive à améliorer l'humeur de quelqu'un même un instant, si déjà beaucoup. Il m'est souvent arrivé que le sourire ou un mot positif m'aident à survivre à une journée particulièrement désagréable. J'écris aussi parce que j'ai besoin de parler de choses simples et importantes. Parce que le monde est réellement constitué de la somme de nos vies quotidiennes, et si nous pouvons prendre soin de ces vies quotidiennes, si nous pouvons en voir la valeur réelle, alors nos vies et toute réalité prennent immédiatement de la valeur.
Et bien sûr, j'écris pour ne pas devenir fou, parce que parfois je me sens proche de ça.

En tant que mère, vous sentez-vous souvent transparent ou vous retrouvez-vous pleinement dans votre propre rôle?

S: les deux. Je n'ai jamais regretté ma décision de devenir mère. Mais j'ai aussi souvent des moments de doute en moi, en mes capacités. Je suis une mère active de deux enfants - j’avoue honnêtement qu’il m’est encore très difficile de me trouver dans ce rôle (la fille aînée a 5 ans, la plus jeune 9 mois). Je ne suis tout simplement pas submergé et j'ai le sentiment que quelque part en chemin, j'ai perdu un peu de moi-même. J'écris probablement aussi pour restaurer cette partie de moi-même.

Mais en même temps, si je n’étais pas mère, je n’aurais jamais découvert tout ce que je pouvais faire, combien de choses que je pouvais gérer. J'ai toujours été un "chef d'orchestre", je suis un philologue classique passionné et instruit. J'avais donc de quoi préparer la version féminine d'Ignacy Borejko. Et probablement si je n’avais pas d’enfants, je ne courrais que dans deux chaussettes différentes autour de Karkowski Suburb et j’écrirais des parodies de dialogues platoniciens. Et grâce aux enfants, j'ai découvert des compétences incroyables - par exemple, je pouvais aller seul avec deux enfants à un service de pédiatrie par les transports en commun, bien que je ne sois même pas parvenu à régler un problème aussi simple chez ZUS. J'ai découvert que je pouvais supporter de lourdes surcharges, que je pouvais surmonter mes faiblesses, que je pouvais me battre pour le bien de ma famille. Pour moi, être mère, c'est découvrir des pouvoirs et des capacités cachés. À l'hôpital après la naissance de ma fille cadette, j'ai lu "Running with the Wolves" et je pense être toujours influencé par ce livre. Je considère maintenant la maternité comme une libération d'anciennes puissances féminines.

Qu'est-ce qui vous manque le plus en tant que mère? Quel contenu sur Internet ne trouvez-vous pas? Qu'est-ce qui vous agace le plus et qu'est-ce qui vous surprend?

S: Le sommeil me manque le plus;) Je pense que je peux tout trouver sur Internet, même ce que je préférerais ne pas trouver. Il est bon que tant de sites Web soient créés pour les mères et les pères. Ces lieux sont créés pour donner aux parents des connaissances fiables et un coup de main. Cela m'énerve que nous abusions de la liberté que nous a offerte Internet, mais d'un autre côté, nous sommes des gens, nous abusons de tout ce qui peut être maltraité. Et qu'est-ce qui me surprend? Je suis une mère, rien ne semble plus me surprendre.

Merci pour la conversation

Synafia - mère de deux filles, épouse d’un mari, femme d’elle-même. Philologue classique en réserve. Au lieu de traduire les écrits polémiques de Cicéron, il travaille dans le secteur de la formation. En outre, il nettoie, lave et cuisine. Lit, écoute, observe. Et les blogs.

Radio de la mère

Bonjour bonjour Voici une radio mère dans une mère patrie,
Nous diffusons une émission du paradis maternel.
S'il vous plaît, laissez tout le monde régler l'appareil photo
Parce que les mères se sont réunies pour des conférences:
Tout d'abord - en la matière
qui a voté contre le projet de loi?
Deuxièmement - pourquoi
la pépinière mène-t-elle à tout le mal?
Troisièmement - à ce sujet
qu'ils ne nourrissent que les vertus!
Quatrième - comment
punir la mère
qu'est-ce qui ne va pas?
Et cinquième au dixième
Ils vont parler, discuter
convaincre et assassiner
Les mères suivantes:

féministe anormale
terroriste de lactation
guerrière catholique
et éco-foulard-mère
salope stupide, moherzyca,
femme égoïste, vampire,
pinde, psychopathe
et toutes les autres mères.

Le premier de ceux-ci commence par une folle:
« Bonjour! Vous êtes un lalo rose idiot!
Ce n'est pas les années soixante ici!
Comment pouvez-vous avoir des enfants cinq?
Apprenez à fredonner avec une gomme!
Ou aller au médecin
laissez-le vous attacher ce dont vous avez besoin! "

Puis le deuxième: "Grands cieux!
"Comment es-tu allé au travail?!
Mes enfants sont bons
Parce que je peux me sacrifier
Je n'aime pas ma carrière.
Et vous êtes une chienne sans coeur!
Je sais bien, personne ne me trompera,
Je n'ai pas à travailler pour les femmes
Comme toi, je donne un cœur qui bat la chamade!

Si le troisième l'entend,
crie-t-il, "Votre cerveau est tombé en morceaux!
Vous êtes assis à la maison
Vous avez l'intellect de silicone!
Comment pouvez-vous pas travailler du tout
Ne grandis pas, gaspille-le!
Votre mari va enfin vous jeter et vous faire du bien!
Vous devriez probablement vivre à Nairobi! "

Et toutes les mères à la fois
ils tapent les notes suivantes:
"L'allaitement maternel - c'est un animal! Je me lave les mains!
Quoi? Bouteille? Mart! Le vampire nourrit la bouteille!
Je n'ai jamais vacciné, jamais de ma vie! Je préfère atterrir dans le minou!
Ne pas envoyer à la maternelle! Il y a handicap, merde et syphilis!
Avec ma mère à la maison? C'est un infirme! Quel avenir attend l'enfant?
Mon top est d'être! Et à qui?
Je vais arracher votre langue, mon œil va sortir!
Tu appelles ta mère? Honte à vous! Honte à vous! "
Et toutes les mères ont commencé à se battre.
La Sainte Inquisition est arrivée
Et ainsi finit la diffusion maternelle.

/ Synafia /



Commentaires:

  1. Uzumati

    Il y a quelque chose. Plus tôt, je pensais différemment, merci beaucoup pour l'aide dans cette question.

  2. Jesiah

    Oui en effet. Je suis d'accord avec tout ce qui précède. Discutons de cette question. Ici ou à PM.

  3. Kenly

    Oui ne peut pas être!

  4. Eibhear

    Je suis désolé, mais, à mon avis, vous vous trompez. Je suggère d'en discuter.

  5. Ewyn

    Excuse pour cela j'interfère ... ici récemment. Mais ce sujet m'est vraiment familier. Écrivez dans PM.



Écrire un message