Petit enfant

Manger habite chez nous! - que faire quand le petit-déjeuner est ... un défi

Manger habite chez nous! - que faire quand le petit-déjeuner est ... un défi



We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

"- Mon enfant est un imbécile ..." - les parents se plaignent souvent, attribuant à leur confort un "patch" d'ignorant culinaire qui n'aime pas essayer de nouveaux produits et dont la nourriture doit toujours être recherchée. En discutant en présence de la personne concernée (la personne concernée), ils confirment l'enfant dans cette conviction, ce qui rend les correctifs difficiles à éliminer, et les repas sont accompagnés d'une atmosphère nerveuse.

Tous les parents ne sont pas conscients que chez les enfants en bas âge qui - seuls, sur deux jambes - partent à la découverte des environs proches et sont de plus en plus en forme, l'acte de manger passe simplement au second plan. Ce n'est pas surprenant: la curiosité innée envers la nourriture a été satisfaite et n'est plus aussi attrayante que le plaisir joyeux.
Parents et tuteurs préoccupés par le manque d'appétit du tout-petit ils perdent souvent patience alors et sont enclins à faire des erreurs qu'ils peuvent à l'avenir approfondir la réticence de l'enfant à manger et perpétuer de mauvaises habitudes alimentaires. Comment l'éviter Voici quelques astuces éprouvées.

Astuces simples

Parfois, peu est suffisant: rendre votre repas plus attrayant (vaisselle choisie, composition sur une assiette, variété) et donnez au petit gourmet le choix de ce qu’il veut manger et combien il veut manger. Essayons de poser des couverts parfois que la table devienne un lieu idéal pour faire l'expérience de la nourriture et expérimenter, se renseigner sur les odeurs, les textures, les couleurs. Les doigts sales peuvent toujours être lavés et la zone autour de la table nettoyée. L’expérience des enfants qui découvrent qu’un morceau de pain est baigné dans un bol de lait et que le jus - grâce à l’air soufflé à travers la paille - se transforme en bulles rend assis au repas non associé à la contrainte, mais à une grande aventure.

Ça vaut aussi le coup permettre aux enfants de «tenter». Les parents de notre jardin d'enfants découvrent que c'est possible et quels en sont les effets positifs, parfois ils demandent avec incrédulité comment même nos petits préparent leur propre petit-déjeuner.

Un enfant qui peut tenir une cuillère ou une fourchette dans ses propres mains n'a pas besoin (et ne devrait même pas) être nourri. Déjà à l'âge de deux ans et demi, les membres de la "table suédoise" préparent avec nous de simples sandwichs, décident de ce qui les attend, versant les boissons d'un pichet dans des tasses. La fierté qui les accable les fait alors sentir "causative" et ne peut pas attendre pour le repas. Pour cette raison, j'exhorte toujours les parents à adopter un principe valable tiré de la pédagogie de Maria Montessori. "Aidez-moi à le faire moi-même" se réfère également à manger de la nourriture.